Palais de l'Elysée

CONSEILS ÉNERGÉTIQUES

. 6min

Fin du bouclier tarifaire : quelles solutions pour ne pas la subir ?

Par Marina T

Publié le 02/08/2022

Vous n’avez pas pu passer à côté de cette information : le prix des énergies atteint des sommets ces dernières années. C’est pour cette raison que le gouvernement a mis en place un système de bouclier tarifaire. Le but ? Permettre aux Français de ne pas subir une augmentation trop conséquente. Le problème, c’est que ce bouclier tarifaire sera levé à la fin de l’année 2022. Alors, quelles conséquences pour vous ? Quelles solutions pour contrer la hausse certaine des tarifs à venir ? TUCOENERGIE fait le point dans cet article.

Bouclier tarifaire : de quoi s’agit-il concrètement ?

Entre 2010 et 2020, les prix des énergies, les plus couramment utilisés dans nos foyers, ont flambé. Les ménages ont subi une augmentation de 41 % de l’électricité et de 23 % pour le gaz naturel (source : Ademe). Sur l’année 2021, cette hausse s’est amplifiée à cause d’une véritable crise énergétique post-covid, portée également, en 2022, par le contexte géopolitique et le conflit russo-ukrainien.

Le gouvernement français a donc pris une mesure pour protéger les consommateurs face à cette augmentation importante des prix des énergies. Il a ainsi mis en place un bouclier tarifaire visant à :

  • geler le prix du tarif réglementé du gaz naturel ;
  • plafonner la hausse du prix du tarif réglementé de l’électricité.

En pratique, cela signifie que la hausse du prix de ces énergies est contenue et que vous ne subissez pas l’augmentation prévue sur vos factures énergétiques pendant toute la durée du bouclier tarifaire.

Comment auraient évolué le prix des énergies sans ce bouclier tarifaire ?

  • Pour le gaz naturel, le prix est gelé selon le tarif réglementé fixé en octobre 2021. Sans le bouclier tarifaire, le prix du gaz aurait augmenté de 80 % (par rapport aux prix de 2022).
  • Pour l’électricité, la hausse prévue dans le secteur résidentiel était à hauteur de 44,5 % HT (soit 57,22 €/MWh HT) ce qui aurait représenté 330 € par an sur votre facture. Avec l’augmentation de 4 % TTC maximum (par rapport au niveau des tarifs applicables au 31 décembre 2021), fixée dans le cadre du bouclier tarifaire, la hausse annuelle réelle est d’environ 38 €.

Les informations et dates clés à retenir à propos du bouclier tarifaire

  • Septembre 2021 : le gouvernement annonce la mise en place d’un bouclier tarifaire concernant à la fois l’électricité et le gaz naturel, qui devient effectif avec la Loi de finances pour 2022.
  • Décembre 2021 : un chèque énergie complémentaire, d’un montant de 100 €, est envoyé aux bénéficiaires du chèque énergie, à savoir les ménages les plus modestes.
  • Avril 2022 : le blocage du prix du gaz naturel est étendu aux logements collectifs et aux logements individuels reliés à un réseau de chaleur.
  • Mai 2022 : la prolongation du gel des tarifs de vente du gaz naturel est annoncée. Le bouclier tarifaire est désormais mis en place jusqu’au 31 décembre 2022.

Que va-t-il se passer avec la fin du bouclier tarifaire ?

Si la fin du bouclier tarifaire était initialement prévue pour le deuxième semestre 2022, le gouvernement l’a finalement prolongé jusqu’au 31 décembre 2022. Mais alors, concrètement, que va-t-il se passer à la fin de ce bouclier tarifaire ? Si la CRE suggère à l’État d’augmenter les factures d’énergie des Français de 8 % en 2023, Bruno Lemaire, ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance de la France, a affirmé en mai 2022 qu’il n’y aura “aucun rattrapage” des prix en 2023. De son côté, la Première ministre, Élisabeth Borne, n’exclut pas la mise en place prochaine d’aides ciblées destinées aux foyers les plus modestes, pour contrer la levée du bouclier tarifaire. Un bouclier tarifaire partiel pourrait alors être mis en place. En clair, il est aujourd’hui difficile de prévoir avec certitude ce qu’il en sera pour l’année 2023, surtout à l’heure où le gouvernement tente par ailleurs de réduire le déficit de la dette publique.

Comment est financé le bouclier tarifaire ?

Pour comprendre comment est financé le bouclier tarifaire, il convient de différencier les deux énergies visées.

  • Pour le gaz naturel, c’est l’État qui prend en charge la différence et qui la paie directement aux fournisseurs d’énergie. Cela permet de compenser les pertes financières de ces derniers qui sont forcément contraints d’acheter le gaz plus cher aux producteurs. En effet, la France n’en produit pas de son côté et elle doit répondre aux besoins des consommateurs de gaz naturel.
  • Pour l’électricité, c’est différent. L’État a décidé de réduire la TICFE (Taxe intérieure sur la consommation finale d’électricité). Il a également a fait en sorte de permettre aux fournisseurs d’énergie alternatifs de s’approvisionner d’électricité, en plus grande quantité et à moindre frais, auprès d’EDF. Ce dispositif est appelé ARENH, pour Accès régulé à l’électricité nucléaire historique.

En tout le bouclier tarifaire coûte environ 20 milliards d’euros. Sur ce montant, 2 milliards d’euros ne sont pas encore réellement financés par les solutions évoquées précédemment (source : France TV).

Pourquoi les prix des énergies augmentent ?

De nombreux facteurs peuvent avoir un impact sur le prix de l’électricité ou du gaz naturel : coûts de production, de stockage, d’approvisionnement et de commercialisation… Aujourd’hui, certains autres éléments peuvent expliquer des augmentations des tarifs réglementés des énergies : reprise économique difficile après le confinement, prix des quotas d’émission de CO2 européens, besoins en énergie des consommateurs et disponibilités limitées des centrales nucléaires françaises… On parle alors d’une véritable crise de l’énergie.

La rénovation énergétique pour contrer la fin du bouclier tarifaire

Face à ces incertitudes et à une hausse des prix des énergies qui s’annonce forcément inévitable, il apparaît également opportun de s’intéresser à d’autres actions pour limiter son impact, de façon durable. L’une des solutions à envisager est la rénovation énergétique.

Engager des travaux d’isolation thermique

Dans un logement mal isolé, datant d’avant la première réglementation thermique de 1974, les pertes de chaleur sont considérables, entraînant avec elles un gaspillage d’énergie conséquent. La déperdition énergétique s’effectue principalement par :

  • le toit (25 à 30 % des pertes de chaleur) ;
  • les murs (20 à 25 %) ;
  • les fenêtres (10 à 15 %) ;
  • les planchers bas (7 à 10 %).

Mieux isoler contribue alors à réduire efficacement et immédiatement votre facture de chauffage et ce, que vous vous chauffiez au gaz, à l’électricité ou avec toute autre énergie. De ce fait, il apparaît important d’envisager en priorité l’isolation des combles perdus ou de la toiture. L’isolation thermique par l’extérieur est aussi une solution à privilégier, notamment lorsque l’on souhaite réduire les ponts thermiques (les points de rupture dans l’isolation).

Mettre en place un chauffage plus performant

En moyenne, le chauffage et l’eau chaude représentent 77 % de la consommation énergétique d’un ménage français, d’après l’Ademe. Opter pour un système de chauffage ou de production d’eau chaude performant vous assure alors de réaliser des économies d’énergie importantes, surtout à l’heure où le prix de l’électricité et du gaz explose. De nombreuses solutions existent, pour s’adapter à toutes les situations :

  • Remplacer une chaudière à gaz ancienne par une pompe à chaleur Air/Eau vous permettra d’économiser 3 200 € par an, après la levée du bouclier tarifaire (sur la base de la hausse des prix prévue initialement). Avec une chaudière bois à granulés, c’est encore plus d’économies annuelles sur votre facture : 3 480 €.
  • Remplacer des vieux radiateurs électriques par une pompe à chaleur Air/Air vous assure de réduire votre facture d’énergie de 3 480 €, toujours après la levée du bouclier tarifaire. Même constat avec le poêle à granulés qui vous permet d’économiser jusqu’à 1 200 € chaque année.
  • Remplacer un chauffe-eau électrique par un chauffe-eau thermodynamique, qui utilise les calories de l’air extérieur pour chauffer l’eau, vous assure de réaliser jusqu’à 70 % d’économies sur ce poste de dépenses.

Source : Ademe - Pourquoi passer aux énergies renouvelables ?

Produire sa propre électricité et l’autoconsommer

Autre solution pour être moins dépendant du réseau électrique et donc ne pas subir les hausses du prix de l’électricité : produire et consommer son énergie. En installant des panneaux photovoltaïques chez vous, vous pouvez obtenir un taux d’autoconsommation moyen situé entre 20 et 50 %. En choisissant l’ autoconsommation avec vos panneaux solaires, vous pouvez alors réduire votre facture d’électricité de façon conséquente. Par ailleurs, l’électricité produite, mais non consommée, peut être injecté dans le réseau d’électricité public et vous apporter un revenu complémentaire, avec un prix de rachat fixe sur une durée de 20 ans.

Rénovation énergétique : des aides financières existent

Même si les économies réalisées sur le long terme sont conséquentes, engager des travaux d’efficacité énergétique représente généralement un investissement important pour les ménages qui peuvent s’avérer frileux. Il convient alors de savoir qu’il existe des aides financières pour permettre de financer ce type de projet.

Zoom sur MaPrimeRénov’

Afin d’encourager les ménages à réaliser des travaux d’efficacité énergétique chez eux, l’État a mis en place le dispositif MaPrimeRénov’. Il s’agit d’une aide financière accordée aux propriétaires (qu’ils soient occupants ou bailleurs) versée après la réalisation des travaux par un professionnel RGE (Reconnu Garant de l’Environnement). MaPrimeRénov’ permet ainsi de réduire l’investissement nécessaire à certaines opérations d’efficacité énergétique (travaux d’isolation, de ventilation, changement de chauffage ou d’appareil de production d’eau chaude sanitaire). Elle vise à accompagner plus particulièrement les ménages les plus modestes : le montant de l’aide accordée dépend des ressources financières du demandeur. Avec MaPrimeRénov’, vous pouvez ainsi prétendre à une prime allant jusqu’à :

  • 75 €/m2 pour une isolation des murs par l’extérieur ;
  • 25 €/m2 pour une isolation des combles ;
  • 5 000 € pour une pompe à chaleur Air/Eau ;
  • 11 000 € pour une chaudière à granulés de bois à alimentation automatique ;
  • 1 200 € pour un chauffe-eau thermodynamique.

D’autres dispositifs, cumulables avec MaPrimeRénov’, existent pour réduire davantage votre reste à charge ou faciliter votre investissement : la prime CEE des fournisseurs d’énergie, la TVA réduite à 5,5 %, l’éco-prêt à taux zéro…

TUCOENERGIE s’engage à vos côtés

Vous souhaitez réduire efficacement votre facture d’énergie et vous ne savez pas par où commencer ? Les équipes de TUCOENERGIE vous proposent un suivi personnalisé tout au long de votre projet de rénovation énergétique, avec notamment :

  • Une étude énergétique de votre logement ;
  • Un accompagnement dans vos démarches de demandes d’aides financières ;
  • Une déduction des aides directement sur le devis de vos travaux ;
  • La réalisation des travaux par un artisan disposant du label RGE.