banniere blog cop 25 océan

Initialement prévu au Chili, la COP 25 s’est déroulée du 2 au 13 décembre à Madrid. Les 196 pays signataires de la COP 25 se sont rassemblés pour adopter des décisions sur le climat. Placé sous le slogan “Time for action”, cette COP 25 affichait la volonté de passer à l’action. 

COP 25 : #Time for action

L’acronyme COP signifie Conférence des Parties à la Convention de l’ONU sur le climat. Depuis 1995, les signataires de la convention se réunissent chaque année afin d’évoquer le réchauffement climatique et les solutions à adopter pour l’enrayer. Cette année, la 25ème COP était placée sous le thème des océans. Celui-ci est en lien avec le dernier rapport du GIEC sur l’océan Biosphère qui rappelle le rôle que joue l’océan dans la lutte contre le changement climatique. Cette COP 25 de la dernière chance avait pour objectif de finaliser la mise en œuvre des Accords de Paris. Pour rappel, ceux-ci limitent à 1,5 degré le réchauffement climatique d’ici la fin du siècle. La COP 25 s’est achevée par un bilan décevant en raison d’une difficile conciliation entre tous les pays et un accord minime. Malgré tout, le point positif à retenir sont les États-Unis. D’après le rapport de l’Université du Maryland et le Rocky Mountain Institute, les engagements des acteurs non-étatiques américains sont en bonne voie pour atteindre plus des deux tiers de l’objectif du pays pris en 2015. 

Les énergies renouvelables se sont invitées à la COP 25

Les énergies renouvelables se présentent pour beaucoup comme la solution au réchauffement climatique. Elles ont de nombreux atouts : elles sont accessibles, bonnes pour la croissance et créatrices d’emploi. Ces arguments sont déployés pour convaincre les États de développer au sein de leur territoire les énergies renouvelables. Certains les utilisent mais de manière insuffisante. C’est ce que démontre le dernier rapport de l’IRENA, l’Agence internationale pour les énergies renouvelables, présenté à la COP 25. Celle-ci montre que les objectifs fixés en termes d’énergies renouvelables ne sont pas suffisant pour limiter le réchauffement climatique à 1,5°C. Le rapport précise que l’augmentation de la part des énergies renouvelables dans le monde est financièrement lucrative. Face à l’urgence climatique, il apparaît nécessaire que les pays relèvent leurs ambitions en matière d’énergies renouvelables.

Pourtant présentée comme celle de la dernière chance, cette COP 25 s’est terminée sur un sentiment d’inachevé. Cette 25ème COP a débouché sur un accord qui n’est pas à la hauteur des enjeux climatiques du 21ème siècle. Toutefois, l’espoir réside dans l’Union Européenne qui s’est donnée comme objectif d’ici 2050 la neutralité carbone.