herbes devant soleil banniere blog changement environnement 2020

L’année 2020 est placée sous le signe de l’action en faveur de l’environnement. Après une COP25 au bilan décevant, il est temps d’agir et de mettre en place des mesures pour lutter contre le réchauffement climatique. Faisons le point sur ce qui va changer cette année.

  • Interdiction de produits en plastique

Longtemps souhaité par les défenseurs de l’environnement, l’interdiction de certains produits plastiques devient une réalité au 1er janvier 2020. Cette proscription est issue de la loi de transition énergétique d’août 2015. Dans un 1er temps, cette dernière avait mis un terme à la distribution, gratuite ou payante, des sacs de caisse en plastique à usage unique. Cette mesure s’inscrit dans la suite logique d’une interdiction totale de plastique à usage unique en 2040. Sont concernés par cette interdiction, la vaisselle jetable en plastique (gobelets, verres et assiettes),les pailles, les couverts, les piques à steak, les couvercles à verre jetables, plateaux-repas, pots à glace, saladiers, boîtes et bâtonnets mélangeurs pour boissons en matière plastique, les bouteilles d’eau en plastique dans les cantines scolaires, les cotons tiges en plastique. À noter qu’un délai de 6 mois est accordé aux commerçants pour écouler leur stock.

  • Une nouvelle prime pour la rénovation énergétique

Le parc de passoire énergétique en France est estimé à 7 millions de logements selon les chiffres du gouvernement. Afin de respecter ses engagements pour protéger l’environnement, l’État met en place un nouveau dispositif d’aide. Pour que la rénovation énergétique soit profitable à tous, le CITE (Crédit d’impôt transition énergétique) est remplacé par une prime directe. Destinée aux foyers en précarité énergétique, Ma Prime Rénov’ est une aide financière simplifiée. Dorénavant, il n’est plus question d’avancer les frais des travaux d’amélioration énergétique 1 an plus tôt. Les ménages sont remboursés sous quelques mois après envoi des factures des travaux. 

  • Baisse du prix du gaz

Cette nouvelle ravira les utilisateurs du gaz. Le prix de celui-ci diminue de 0,9 % au 1er janvier 2020. Cette baisse intervient après plusieurs mois consécutifs de hausse. À noter que le prix du gaz naturel est fixé en fonction de la fluctuation des différents coûts qui le composent à savoir les coûts et frais d’acheminement et d’approvisionnement, les taxes.
Cependant, pour les utilisateurs de l’électricité, il faut s’attendre à une hausse du prix. Annoncée depuis plusieurs mois, celle-ci doit intervenir dans les mois à venir.

  • Nouvelles distances d’épandage des pesticides

Sujet brûlant ces derniers mois, les distances d’épandage changent à compter du 1er janvier 2020. La distance minimale d’épandage des pesticides est fixée à 5 mètres des habitations pour les cultures dites basses (légumes ou céréales). Elle est fixée à 10 mètres pour les cultures dites hautes (arbres fruitiers ou vignes). Pour les produits dangereux, la distance est fixée à 20 mètres. À noter que le glyphosate, pourtant controversé pour son impact sur l’environnement, est exclu de cette distance de 20 mètres. Ces limites de distances ont été décidées selon les recommandations données par l’Anses (Agence Française de sécurité sanitaire). Dans un souci de protection de l’environnement, ces distances seront amenées à évoluer. En effet, les futures mesures suivront les préconisations de l’Anses.

  • Une mobilité plus propre

Pour réduire davantage ses émissions carbones, la France s’en prend aux véhicules les plus polluants en renforçant son barème du malus. Au 1er janvier 2020, un super malus est appliqué avec en ligne de mire, les SUV. Le montant maximal du malus s’élève à 20 000€. À contrario, le bonus écologique pour l’achat d’un véhicule neuf électrique et hydrogène est conservé. Il s’élève à 6 000€ pour l’achat d’un véhicule de moins de 45 000€ et à 3 000€ pour l’achat d’un véhicule compris entre 45 000€ et 60 000€. 

La France est très en retard sur ses objectifs de 2020 pour lesquelles elle s’était engagée avec notamment une part d’énergie renouvelable en-deçà de ses prévisions. Avec ces nouvelles mesures et celles à venir, la France espère peu à peu atteindre la neutralité carbone en 2050.