banniere article de blog centrale photovoltaique

L’Europe se remet peu à peu de la crise inédite du coronavirus. Après un confinement de plusieurs mois, l’activité reprend progressivement son cours. De nombreux pays européens préparent actuellement leur plan de relance. Particulièrement attendus, ces plans de relance doivent prendre en compte la dimension environnementale à l’image de l’Italie.

Une relance verte mondiale plébiscitée

L’effet du coronavirus sur l’environnement a montré l’impact négatif de l’activité humaine. En effet, grâce au confinement et à l’arrêt de multiples secteurs, les émissions de CO2 ont chuté. Nombreux sont ceux à voir une opportunité à saisir à savoir reconstruire un monde plus vert et respirable. Tous secteurs confondus, de multiples voix se sont élevés en faveur d’un plan de relance vert. En France, ce sont 92 grands patrons français tels que Air France – KLM, LVMH, BNP Paribas qui ont signé une tribune pour mettre l’environnement au coeur de l’économie. Sachant que l’environnement est créateur d’emploi, cela répondrait ainsi à la crise du chômage à venir. De plus, 40 millions de soignants du monde entier ont appelé les pays les plus riches à agir de manière durable. Réactiver l’économie tout en protégeant la planète permettrait de se prémunir contre d’éventuels autres crises. En effet, la pollution de l’air est responsable chaque année de 7 millions de morts. En alliant économie et environnement, ce sont donc des millions de vies qui pourraient être épargnées.

Une relance économique durable grâce aux énergies renouvelables

La crise économique ne doit pas faire oublier la crise écologique actuelle. La relance économique doit donc passer par la relance du secteur des énergies renouvelables. En avance sur la France pour son plan de relance, l’Italie a misé sur une relance verte. Le gouvernement a annoncé des mesures pour à la fois relancer l’économie italienne et soutenir la filière photovoltaïque. Pour cela, un allègement des mesures fiscales d’un taux de 110% sera appliqué pour trois types de projets de rénovation sous la forme d’un éco-bonus. Il s’agit :

  • de l’isolation des bâtiments
  • du remplacement des systèmes de refroidissement et de chauffage des immeubles
  • du remplacement des systèmes de refroidissement et de chauffage des maisons

Les propriétaires pourront bénéficier de cet éco-bonus soit par abattement fiscale, soit par déduction fiscale ou soit par remise sur facture. Ce dispositif avantageux débutera le 1er juillet 2020 jusqu’au 31 décembre 2021. En ce qui concerne les projets photovoltaïques n’entrant pas dans les 3 catégories, ils bénéficieront d’un allègement de 50% déjà appliqué depuis plusieurs années. L’Italie montre ainsi l’exemple d’un plan de relance basé en partie sur les énergies renouvelables. 

Le photovoltaïque en Italie, un marché porteur pour sa relance

Le photovoltaïque s’est développé rapidement en Italie grâce aux politiques de soutien mises en place en 2005-2006. Grâce aux incitations fiscales et au développement de parcs de panneaux solaires, l’Italie se plaçait en 2018, au 2ème rang derrière l’Allemagne en tant que producteur d’électricité solaire photovoltaïque de l’Union Européenne. En investissant massivement dans les énergies renouvelables, l’Italie ambitionne d’atteindre 50% d’énergie verte dans son mix électrique en 2030. Pays à fort ensoleillement, l’Italie veut développer davantage sa filière notamment en Sicile, en investissant dans les centrales solaires thermodynamiques. Ces dernières possèdent un système de stockage ce qui en fait une solution rentable car elles fonctionnent la nuit. En développant des aides aux projets photovoltaïques, l’Italie entend mener une période post-Covid verte et florissante. 

La crise du Covid-19 offre la possibilité aux gouvernements d’une relance économique fondée sur la protection de l’environnement qui offrirait de multiples avantages. Faire le pari des énergies renouvelables pour relancer l’économie se trouve être la bonne solution pour faire face à la fois à la crise économique mais également au réchauffement climatique.