jeunesse_marche_climat

Une jeunesse engagée pour le climat

De nombreux  jeunes, à l’échelle mondiale, se sont fait connaître dans leur lutte pour le climat : Greta Thunberg, Alexandria Villaseñor, Louise Perret-Michaux, Luisa Neubauer…Depuis 1 an, cette jeune génération nourrit l’espoir d’une planète plus verte en se mobilisant à travers les Marches pour le climat.

La naissance d’un mouvement pour le climat

Tout commence en Suède, le 20 août 2018, jour de la rentrée scolaire. Une jeune adolescente de 16 ans, Greta Thunberg, décide de faire la grève devant le Parlement suédois. Préoccupée par les problèmes liés au réchauffement climatique, elle est déterminée à faire la grève tous les jours jusqu’aux élections générales du 9 septembre 2018. Elle exige que le gouvernement suédois réduise ses émissions carbones. L’image d’une jeune fille assise tenant une pancarte «  grève pour le climat » a fait le tour du monde.
Peu à peu, son action est reprise dans beaucoup de pays : Australie, Pays-Bas, Danemark, Belgique, France … Le mouvement « Fridays For Future » est lancé. Et Greta Thunberg devient le visage d’une jeunesse engagée contre le réchauffement climatique.

Une jeunesse en marche pour une planète plus verte

Depuis les années 70, les scientifiques alertent sur les conséquences du réchauffement climatique. Mais rien n’a changé. Les catastrophes naturelles se multiplient et cette jeune génération est frappée de plein fouet. La perspective d’un avenir sombre a poussé cette jeunesse à prendre son avenir en main et à agir.
Les marches pour le climat ont été mises en place dans un but précis, celui d’alerter. La jeunesse exhorte les gouvernements à prendre leurs responsabilités et à adopter les mesures nécessaires. Mais la lutte pour le climat est l’affaire de tous. Ces marches ont aussi pour objectif d’éveiller les consciences du plus grand nombre. Les jeunes tentent de rallier leurs aînés à leur cause, à commencer par leur famille. Preuve d’un mouvement grandissant, la marche mondiale organisée le 15 mars a rassemblé plus d’1,4 million de personnes dans 125 pays et 2 000 villes selon Fridays for Future.

Des paroles et des actes pour le climat ?

Mais que font les politiques pour lutter contre le changement climatique ?

Les parlements britanniques et irlandais ont été les deux premiers pays au monde à déclarer l’urgence climatique en mai. Chacun s’est fixé des objectifs ambitieux : le Royaume-Uni veut réduire ses émissions de gaz à effet de serre à 0 d’ici 2050 et l’Irlande d’au moins 80 % par rapport à 1990.
L’État de New-York vient d’adopter un projet de loi qui prévoit une baisse de 85 % d’ici 2050 de ses émissions de gaz à effet de serre par rapport à 1990.
Aujourd’hui en France est discuté, le projet de loi Énergie et Climat à l’Assemblée Nationale. La notion d’urgence écologique et climatique a été introduite dès l’article 1 du texte. Ce projet vise à rendre plus concrète la transition énergétique.
Petit à petit, chaque État s’inscrit vers une démarche de transition écologique en se fixant des objectifs ambitieux. Mais face à la gronde citoyenne et à l’urgence climatique, les États ont intérêt à travailler main dans la main pour obtenir des résultats rapides et concrets.

Cette jeunesse engagée montre que les solutions pour enrayer la lutte pour le climat résident dans l’unité. Ensemble, nous pouvons faire bouger les choses !

Une jeunesse engagée pour le climat
4 (79.02%) 366 vote[s]