Pylône électrique

AIDES FINANCIÈRES

. 4min

Maintien du bouclier tarifaire : sera-t-il suffisant pour passer l’hiver ?

Par Priscillia Mbemba

Publié le 06/09/2022

Pour contrer la hausse du prix de l’énergie après la crise sanitaire, en septembre 2021, le gouvernement a mis en place un bouclier tarifaire concernant à la fois l’électricité et le gaz naturel. Il devient effectif avec la Loi de finances pour 2022 et devait initialement se terminer le 31 décembre 2022, laissant des millions de français sans recours et en situation de précarité énergétique. Face au record du prix de l’électricité atteint il y a une semaine et à l’inflation qui continue de plomber le pouvoir d’achat des ménages, le ministre du budget, Gabriel Attal a finalement annoncé samedi 3 septembre, sur l’antenne de France Inter que le bouclier tarifaire serait finalement maintenu en 2023. Cette mesure suffira-t-elle à surmonter la crise énergétique ?

Le bouclier tarifaire, une mesure d’urgence face à la crise

Il y a un an presque jour pour jour, le 30 septembre 2021, l’ancien premier ministre, Jean Castex, a annoncé la mise en place d’un bouclier tarifaire, pour “prémunir les Français contre les hausses de tarifs”.

Les bonds des tarifs de l’électricité et du gaz s’expliquaient à l’époque par une multitude de raisons : la reprise rapide de l’économie en 2021 après la crise sanitaire provoquant une forte consommation d’énergie dans le monde, qui a elle-même entraîné une pénurie des matières premières, et une augmentation de leurs prix de gros. Une situation qui ne s’est pas améliorée avec le conflit russo-ukrainien, qui a provoqué une forte instabilité des prix de l’énergie et de nombreux produits de première nécessité en Europe ainsi que la mise en arrêt de nombreux réacteurs nucléaires d’EDF pour causes de problèmes techniques.

Pour autant, avant même le début de la guerre entre la Russie et l’Ukraine, le bouclier tarifaire a permis, entre le second semestre 2021 et le premier semestre 2022, de limiter l’impact de la hausse des prix à 4% TTC contre les 35% attendus initialement.

Une mesure de protection des ménages français qui aurait donc dû prendre fin dans quelques mois, alors même que le 26 août dernier, le prix de gros de l’électricité en France atteignait pour la première fois les 1000€ le MWh. En comparaison le coût de l’électricité un an auparavant, soit aux prémices du bouclier tarifaire, était de 85€ le mégawatt/heure. Les prix du gaz ont aussi explosé en Europe, frôlant ces dernières semaines des records historiques (345 euros le MWh en séance).

Le gouvernement maintient le cap

Dans une interview dans Les Echos, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire assurait que “Sans le bouclier tarifaire, l'augmentation des tarifs du gaz et de l'électricité serait d'au moins 100% l'année prochaine ! Soit une hausse de 120 euros en moyenne par mois et par ménage”.

Les récents records ont donc poussé le gouvernement à prendre des mesures immédiates et concrètes pour protéger les Français et contenir la hausse entre 10 et 20% plutôt que les 100€ prévus sans le bouclier tarifaire.

Certaines mesures ont été annoncées par Gabriel Attal ce week-end, parmi lesquelles figurent : le redémarrage de tous les réacteurs nucléaires d’EDF actuellement à l’arrêt, la solidarité européenne (notamment avec nos voisins Allemands et Espagnols) et une surveillance accrue des stocks et réservoirs de gaz déjà remplis à 92%. Le gouvernement mise également beaucoup sur la sobriété énergétique : “La Première ministre a lancé un plan de sobriété énergétique en juin dernier dont l’objectif est de réduire de 10 % notre consommation d’énergie”, a déclaré Agnès Pannier-Runacher ministre de la Transition énergétique, à la sortie de la réunion consacrée à ce sujet. Cette déclaration fait directement écho à la tribune des énergéticiens (EDF, TotalEnergies et Engie) publiée le 25 juin 2022 dans le JDD, qui appelait les Français à une sobriété énergétique d’urgence et à un effort “immédiat, collectif et massif”.

La ministre assure également qu’il s’agit de faire la “chasse au gaspillage” en matière d’énergie et non pas de baisser la production. Par ailleurs, les mesures contraignantes n’interviendront qu’en “cas de difficultés qui ne seraient pas anticipées”. (source : 20minutes.fr)

D’un point de vue budgétaire, le bouclier tarifaire aurait déjà coûté à l’État près de 24 milliards d'euros depuis son déploiement à l'automne 2021. La mesure la plus coûteuse porte sur l'électricité : un plafonnement à 4 % de l'augmentation des tarifs de l'électricité qui aurait coûté 10,5 milliards d'euros à l'Etat.

Concernant les prix du carburant, la facture s’élève quant à elle à 7,5 milliards d’euros. Lancé en avril 2022, le dispositif d’aide sur le carburant a été renforcé pour les mois de septembre et octobre avec une prise en charge par l'Etat de 30 centimes d'euros par litre, contre 18 centimes jusqu'à présent.

Toutes ces mesures d’aides ont bien évidemment eu un effet bénéfique sur les ménages français qui ont sans doute moins fortement subi l’inflation que leurs voisins européens. Selon une étude de l’INSEE sur l’impact du bouclier tarifaire, le verdict est sans appel : sans le bouclier tarifaire, la hausse des prix des de l’électricité serait de 36.9% pour les ménages et 38.6% pour les entreprises, soit des factures 5 fois plus chères que les tarifs actuels.

La sobriété énergétique, une solution pérenne.

24 milliards d’euros entre 2021 et 2022, peut-être le double d’ici la fin d’année 2023, des sommes colossales qui auraient pu être investies plus tôt et dans d’autres secteurs afin de faire face à la crise énergétique. En comparaison, une aide à la rénovation énergétique comme MaPrimeRénov’, n’a bénéficié que de 2 milliards d’euros de budget de la part de l’État pour l’ensemble de l’année 2022. Les énergies renouvelables sont encore trop peu valorisées par les pouvoirs publics, alors que les enjeux actuels doivent nous amener à repenser entièrement notre modèle énergétique. Augmenter les aides, primes et subventions permettant à tous les ménages quel que soit leurs revenus de réaliser des travaux de rénovation énergétique doit être l’une des priorités du gouvernement dans les prochaines mesures pour la sobriété énergétique.

Le maintien du bouclier tarifaire est sans nul doute une mesure populaire et nécessaire pour protéger les plus fragiles de la précarité énergétique, mais pourrait-il être renouvelé en 2024 et 2025 si la crise actuelle perdure ? Pour l’heure, notamment grâce aux mesure gouvernementales et à la commission de régulation de l’énergie, la France reste un des pays d’Europe où l’électricité est la moins chère. Mais qu’en sera-t-il dans quelques années ?

Face à toutes ces incertitudes, la transformation profonde de nos pratiques de consommations et de nos habitudes doit être un objectif commun. Pour faire face aux prix de l’énergie sans bouclier tarifaire, nous devons repenser en profondeur notre modèle énergétique et nous appuyer sur des énergies propres et durables. Pour cela, il nous faut démocratiser la rénovation thermique des logements les plus mal isolés, le développement des énergies renouvelables (et notamment du photovoltaïque) ainsi qu’une utilisation plus optimale des équipements avec lesquels nous consommons de la chaleur et donc de l’énergie.

Pour atteindre cet objectif, TUCOENERGIE acteur engagé dans la transition énergétique, accompagne les Français dans leur projet de travaux de rénovation énergétique et les aident à maîtriser leur facture énergétique.