Batiment entouré de verdure

ACTUALITÉS

. 5min

Baisse confirmée des émissions de gaz à effet de serre au 1er semestre 2023

Par Amélie P

Publié le 04/10/2023

Les émissions de gaz à effet de serre (GES) en France ont connu une réduction notable au premier semestre de 2023 par rapport à la même période en 2022, selon les données récemment publiées par le Centre interprofessionnel technique d'études de la pollution atmosphérique (Citepa). Cette évolution positive doit évidemment nous réjouir et est encourageante face à l'urgence climatique. Cependant les enjeux sont colossaux et tous les secteurs n'ont pas réduit uniformément leurs émissions de GES.

Dans cet article, nous allons nous concentrer sur notre secteur d'activité : celui du bâtiment bien sûr - qui a été un bon élève dans la réduction des émissions de GES.

Quelle est la tendance actuelle des émissions de GES en France ?

Les chiffres du Citepa ont été publiés le 3 octobre 2023 et avaient été cité quelques jours plus tôt par la ministre de la transition énergétique Agnès Pannier-Runacher. Ces chiffres indiquent une baisse de 4,3 % des émissions de GES au premier semestre 2023, par rapport à la même période en 2022. Cette diminution marque une accélération par rapport aux années précédentes, notamment une hausse de 2,7 % entre 2021 et 2022. Cependant, il est essentiel de noter que l'objectif de réduction de 55 % des émissions d'ici 2030, par rapport à 1990, nécessite une trajectoire plus ambitieuse.

Fin septembre, les contours de la planification écologique ont été présentés par le chef de l'Etat afin d'atteindre cet objectif de réduction.

Quels secteurs ont contribué le plus à cette réduction des émissions de GES ?

Les émissions de gaz à effet de serre par secteur en France ont diminué de façon non uniforme. Trois secteurs se sont démarqués par leur contribution significative à cette baisse des émissions de GES de 4,3% en moyenne en France :

1. Industrie : -10 %

Le secteur industriel a enregistré la plus grande baisse, avec une réduction de 10 % des émissions de GES. Cette diminution significative peut être attribuée en partie à la crise énergétique, ayant entraîné une baisse des émissions, notamment chez les métallurgistes des métaux ferreux (-22 %).

2. Production d'énergie : -8 %

La production d'énergie a également contribué à la réduction des émissions de GES, enregistrant une baisse de 8 %. Le développement des moyens de production électrique décarbonés, tels que les centrales nucléaires et hydroélectriques, a joué un rôle essentiel dans cette baisse, avec une augmentation de 2,6 % de la production d'électricité nucléaire et une réduction de la production des centrales thermiques (-17 %)

3. Bâtiments : -7 %

Dans le secteur du bâtiment, la réduction des émissions de GES (-7 %) est liée en grande partie à la hausse des prix de l'énergie, qui a incité à une plus grande efficacité énergétique. Les émissions de GES dues au chauffage résidentiel ont ainsi diminué de 8 %, malgré des conditions plus froides en début d'année par rapport à 2022. Les Français ont pour beaucoup fait de nombreux efforts de sobriété l'hiver dernier. La hausse du coût de l'énergie a également joué un rôle dans cette réduction.

Quel est le pourcentage des gaz à effet de serre dans le bâtiment ?

Le secteur du bâtiment pèse pour 16 % des émissions françaises et représente 44% de l'énergie consommée en France.

Pour rappel, les émissions de gaz à effet de serre par secteur en France s'organisent de la façon suivante en 2022 selon les derniers chiffres du Haut Conseil pour le Climat : Les transports représentent environ 32% des émissions devant le secteur de l'agriculture (19%) de l'industrie (18%) et des bâtiments (16%).

Les bâtiments résidentiels représentent environ 2/3 des émissions du secteur - les bâtiments du secteur tertiaire représentant l'autre 1/3.

Tous les secteurs du bâtiment sont concernés (maisons individuelles, immeubles collectifs, bâtiments tertiaires), que ce soit dans le neuf ou dans l’ancien, pour de la construction, de la rénovation, ou de l’exploitation.

En effet, l'empreinte carbone d'un bâtiment peut être définie comme la somme de tous les gaz à effet de serre émis pendant toutes les phases de cycle de vie. On va ainsi distinguer deux phases :

  • les émissions de GES liées à la production des matériaux de construction, tels que le ciment ou le béton armé - c'est à dire la phase de construction.
  • les émissions de GES liées aux consommations (d’énergie) sur le site.

Les émissions du secteur du bâtiment sont dominées par les appareils de combustion, la climatisation, la réfrigération commerciale ou encore l'utilisation de solvants. Elles sont évidemment très dépendantes des conditions climatiques. Les principaux leviers pour réduire les émissions de ce secteur sont la rénovation énergétique des bâtiments et le choix du type d'énergie utilisée.

La France s'est engagée à réduire les émissions de gaz à effet de serre du secteur du bâtiment de 60 % d'ici 2050, par rapport à 2010.

Quelle est la part du secteur du bâtiment dans les émissions mondiales de C02 ?

Selon le dernier rapport de Global Buildings Climate Tracker publié lors de la COP 27 en Egypte en novembre 2022, le secteur des bâtiments et de la construction représentait environ 37% des émissions de CO2 à l'échelle mondiale et plus de 34% de la demande énergétique mondiale. Ces émissions étaient en hausse à l'échelle mondiale en 2022, la France a donc dans notre secteur une meilleure gestion des émissions de GES.

A noter que quand on parle de gaz à effet de serre, on parle souvent de CO2 même si ce n'est pas le seul gaz à effet de serre - il faut également penser au méthane, au protoxyde d'azote ou encore hydrofluorocarbures. A noter que ces différents gaz sont ramener dans un équivalent CO2.

Quels sont les défis persistants et les objectifs futurs ?

Bien que ces progrès soient positifs, ils ne suffisent pas à mettre la France sur la voie de la neutralité carbone d'ici 2050. Pour atteindre l'objectif de réduction des émissions de 55 % d'ici 2030, des efforts considérables sont nécessaires, notamment dans le secteur des transports, qui est le premier secteur en émissions de gaz à effet de serre en France. Le secteur aérien a enregistré une hausse de 25 % des émissions pour les vols domestiques et de 34 % pour les vols internationaux, ce qui souligne la nécessité de repenser la mobilité.

Les derniers chiffres du Citepa montrent que des actions efficaces, telles que la rénovation énergétique des bâtiments, le développement des énergies renouvelables et l'amélioration de l'efficacité énergétique, sont cruciales pour atteindre les objectifs climatiques. La ministre de la transition énergétique Agnès Pannier-Runacher l'a d'ailleurs souligné : 'Le secteur du bâtiment est un secteur clé dans la lutte contre le changement climatique. Nous devons accélérer le rythme de la rénovation énergétique pour atteindre nos objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre.'

Cependant des freins persistent chez les particuliers tels que le frein financier. En effet, même si le gouvernement propose différents types d'aides et subventions, la majorité des ménages a besoin d'un soutien plus conséquent. L'augmentation du budget 2024 sur le logement devrait donc être une bonne nouvelle pour accélérer la transformation du secteur et ainsi décroitre de façon plus conséquente les émissions de gaz à effet de serre en France.

Chez TUCOENERGIE, nous sommes fiers d'être aux côtés des Français pour les accompagner dans la rénovation énergétique de leur logement ou pour la production d'une électricité renouvelable via l'installation de solutions photovoltaïques.

Nous nous engageons au quotidien à réduire avec vous les émissions de gaz à effet de serre via l'optimisation de vos maisons.

La France doit continuer à s'engager dans des mesures ambitieuses pour lutter contre le changement climatique, tout en sensibilisant davantage à l'importance de la réduction des émissions de GES pour la survie de la planète.