Technicien faisant un diagnostiqueTechnicien faisant un diagnostique

Passoire thermique : comment réussir sa rénovation énergetique ?

Votre habitation est mal isolée et votre facture d’énergie est de plus en plus conséquente ces derniers temps ? Il est fort possible que vous viviez dans, ce que l’on appelle, une passoire thermique. Définition, réglementation, rénovation énergétique, aides financières disponibles… Dans ce guide complet, TUCOENERGIE vous dit tout ce qu’il faut savoir sur les passoires énergétiques ou thermiques.

Qu'est-ce qu'une passoire thermique ?

Une passoire thermique (ou passoire énergétique) est un logement qui induit une forte consommation d’énergie. Cette expression, qui va souvent de pair avec la précarité énergétique, fait souvent état d’une mauvaise isolation thermique et d’un mode de chauffage coûteux pour le ménage.


En général, les logements considérés comme des passoires thermiques présentent ces différentes caractéristiques :

  • Un manque de confort pour les occupants, en toutes saisons ;
  • Une surconsommation d’énergie qui entraîne des factures conséquentes ;
  • Des émissions de gaz à effet de serre importantes.

Comment savoir si mon logement est une passoire thermique ?

Pour savoir si votre maison ou votre appartement est effectivement une passoire énergétique, il convient de vous fier à son DPE (diagnostic de performance énergétique). En effet, cette étude vise à estimer la consommation d’énergie et le taux d’émission de gaz à effet de serre du logement. Il classe alors les biens grâce à une échelle d’étiquette énergie allant de A à G. Une habitation classée A se veut économe en énergie et donc performante du point de vue énergétique, tandis qu’un logement classé G est très énergivore. De ce fait, on considère généralement qu’une passoire énergétique est un bien avec une classe énergie F ou G.

Passoire énergétique : bientôt la fin ?

Parce qu’elles consomment beaucoup d’énergie et qu’elles sont émettrices de gaz à effet de serre, les passoires énergétiques, et les logements énergivores en général, sont dans le viseur du gouvernement depuis déjà quelques années en France. En effet, avec la loi Climat et Résilience, la réglementation se durcit pour les propriétaires des logements énergivores qui ont une mauvaise étiquette énergie.

Picto fleche

Interdiction progressive de location des passoires thermiques

Petit à petit, les logements énergivores seront exclus du marché de la location. La loi Climat et Résilience prévoit une interdiction de location des logements avec un DPE :

  • G : à partir de 2025 ;
  • F : à partir de 2028 ;
  • E : à partir de 2034.

Le but ? Pousser les propriétaires bailleurs à réaliser des travaux de rénovation pour pouvoir louer leurs biens.

Picto fleche

Un audit énergétique obligatoire lors de la mise en vente du bien

Très prochainement, les propriétaires souhaitant mettre en vente leur bien immobilier auront par ailleurs l’obligation de réaliser un audit énergétique. Cet audit devient incontournable pour les logements avec les DPE suivants :

  • F et G : à partir de septembre 2022 ;
  • E : en 2025 ;
  • D : en 2034.

Plus poussé qu’un DPE, l’audit énergétique est une étude du logement qui vise à définir, avec précision, les travaux à réaliser pour atteindre une meilleure performance énergétique.

Picto Bon A Savoir
Bon à savoir

Une meilleure performance énergétique ne rime pas uniquement avec un logement adapté aux normes environnementales, mais également avec une augmentation de sa valeur immobilière. On parle alors de "valeur verte", autrement dit la plus-value potentielle générée par une meilleure performance énergétique et environnementale du logement. Des logements classés A ou B peuvent ainsi être valorisés jusqu'à 12% de plus !*
*Ce pourcentage est donné purement à titre indicatif et ne représente aucune valeur contractuelle.

Rénovation énergétique : la solution pour en finir avec les passoires thermiques

Pour rendre un appartement ou une maison plus performante sur le plan énergétique, il n’y a pas de secret : il faut engager des travaux de rénovation énergétique.

Quels sont les travaux de rénovation énergétique à réaliser en priorité ?

Lorsque votre logement est une passoire thermique, des travaux isolés (changement de chauffage, remplacement des fenêtres…) ne permettent pas réellement de sortir des classes énergétiques ou des étiquettes énergie F ou G. Il convient alors de réaliser un bouquet de travaux pour améliorer véritablement la performance énergétique de votre habitation ou de votre bien immobilier. Mais alors, quels sont les travaux à envisager prioritairement ?


Dans son rapport “ Rénovation performante par étapes”, l’Ademe fait état en France des conditions et des travaux nécessaires pour atteindre la performance BBC (Bâtiment Basse Consommation, de classe A ou B) ou équivalent, pour un logement individuel. Cette étude précise alors six postes de travaux incontournables : l’isolation de la toiture, des murs, du plancher bas, le remplacement des menuiseries, l’installation d’un système de ventilation et le changement de mode de chauffage ou de production d’eau chaude sanitaire.

Picto fleche

La question : pourquoi l’isolation est-elle si importante ?

Issus de l’étude "Isoler sa maison", les chiffres de l’Ademe sont très parlants. Dans un logement non isolé (avec une construction datant d’avant 1974), les pertes de chaleur s’effectuent de la sorte :

  • Toiture : 25 à 30 % ;
  • Murs : 20 à 25 % ;
  • Air renouvelé et fuites : 20 à 25 % ;
  • Fenêtres : 10 à 15 % ;
  • Planchers bas : 7 à 10 % ;
  • Ponts thermiques : 5 à 10 %.
Picto fleche

L’isolation thermique de la toiture et des combles

Comme vu précédemment, c’est donc principalement par le haut que s’effectuent le plus de pertes de chaleur. Prioriser les travaux d’isolation des combles et de la toiture apparaît alors souvent comme une priorité lorsque l’on vit dans une passoire thermique. Pour ce faire, plusieurs solutions existent. On peut ainsi intervenir sur les rampants de toiture lorsque les combles sont aménagés ou sur le plancher des combles, lorsqu’elles ne le sont pas. Quelle que soit la technique envisagée par l’entreprise chargée de réaliser vos travaux, l’objectif est toujours le même : conserver au mieux, selon la saison, le volume chauffé ou refroidi.

Picto fleche

L’isolation thermique des murs

Il existe deux façons d’améliorer l’isolation des murs de passoires énergétiques. La première, et celle à envisager en priorité, est l’isolation par l’extérieur. Cette technique, qui consiste à ajouter une couche d’isolant (sous bardage, sous enduit…) sur les parois extérieures de la maison ou de l'appartement, est la plus efficace. Vos murs sont ainsi mieux protégés des ponts thermiques (qui est une zone où l'isolation est rompue ou insuffisante) et/ou des variations climatiques. Leur inertie est ainsi conservée. L’isolation thermique par l’intérieur (ITI) présente, quant à elle, l'avantage de ne pas modifier l’apparence extérieure de votre habitation ou de votre bien immobilier. Néanmoins, même si cette solution est moins coûteuse, la pose de panneaux ou d’enduits isolants réduit votre surface habitable et s’avère aussi moins efficace.

Picto fleche

L’isolation thermique du plancher bas

Si vous avez un garage ou une cave sous vos pièces principales, il peut être intéressant d’envisager également la reprise de l’isolation des plancher bas. Dans ce cas, plusieurs techniques peuvent être mises en œuvre. Le choix est souvent déterminé par la hauteur sous plafond disponible. En effet, l’isolation peut se faire par le dessus du plancher ou par le dessous. Sinon, on peut aussi envisager de placer des éléments isolants directement dans la structure du plancher.

Picto fleche

Le remplacement des menuiseries

Des parois vitrées (fenêtres, porte-fenêtres ou fenêtres de toit) performantes permettent de réduire votre consommation d’énergie et, dans certains cas, d’améliorer votre confort acoustique dans le même temps. En plus de limiter les pertes de chaleur de votre ancienne passoire thermique, des menuiseries performantes vous assurent également une bonne protection contre la chaleur en été. Si le double vitrage est aujourd’hui un standard, le triple vitrage peut aussi être une solution à considérer.

Picto fleche

L’installation d’un système de ventilation

S’engager dans des travaux de rénovation implique impérativement d’installer une solution de ventilation efficace. Pourquoi ? Parce qu’une maison ou un appartement bien isolé, c’est un logement dont l’enveloppe est parfaitement étanche. Il convient alors d’évacuer l’humidité du logement et de renouveler l’air intérieur pour limiter la condensation et assainir l’air ambiant. Pour cela, le meilleur système est la ventilation mécanique contrôlée (VMC) double-flux. En plus de renouveler l’air intérieur, et donc de diminuer le taux d'humidité d'une maison, elle permet aussi de réduire les déperditions de chaleur.

Picto fleche

L’installation d’appareils de chauffage et production d’eau chaude sanitaire

Enfin, dernier geste incontournable d’une rénovation énergétique globale réussie : la mise en place d’équipements de chauffage et/ou de production d’eau chaude sanitaire performant. C’est souvent le rendement qui souligne l’efficacité de ce type d’appareil. Plus son rendement est satisfaisant et plus l’équipement est économe en énergie. À ce titre, les solutions de chauffage utilisant des énergies renouvelables apparaissent comme de très bonnes alternatives aux équipements à fioul ou à gaz. Il peut alors être intéressant d’envisager de remplacer votre mode de chauffage à double service (à savoir qui remplit deux fonctions : le chauffage et la production d’eau chaude sanitaire) actuel par :

D’autres équipements, assurant uniquement la production de chauffage, s’avèrent aussi intéressants : poêle à bûches ou granulés, foyer fermé…

Côté production d’eau chaude sanitaire, certaines solutions dédiées existent également et sont aujourd’hui très performantes, c’est notamment le cas avec :

Picto Bon A Savoir
Bon à savoir

Quel budget pour passer de passoire énergétique à logement performant ?

Si sur le papier, la solution paraît presque évidente, la réalisation de tels chantiers se révèle très coûteuse pour les ménages. Dans un rapport publié en février 2022, l’Institute for Climate Economics (I4CE) fait état des résultats de son outil PanelRénov’ qui vise à analyser la viabilité des projets de rénovation énergétique des ménages. D’après cet outil, une rénovation globale et performante d’un bien immobilier, comme une maison ou un appartement, coûte entre 45 000 et 91 000 €. De ce fait, un tel projet peut paraître considérable pour de nombreux particuliers. C’est pour cette raison que des subventions, des aides et des dispositifs financiers existent aujourd’hui. Le but ? Encourager les ménages, surtout les plus modestes, à se lancer dans la rénovation de leur logement, tout en leur permettant de réduire immédiatement leur facture énergétique.

Quelles aides financières pour réduire le budget de travaux de rénovation énergétique ?

Il existe plusieurs aides de l'état pour l'isolation extérieure, l'isolation de vos combles, le remplacement d'une vieux système de chauffage à fioul et pour la majorité des travaux de rénovation énergétique également.

MaPrimeRénov’ : une aide de l’État pour financer les travaux de rénovation énergétique

MaPrimeRénov’ est une aide de l’État destinée aux propriétaires, qu’ils soient occupants ou bailleurs d’un logement achevé il y a plus de 15 ans. Elle vise à soutenir les particuliers dans leurs travaux de performance énergétique. Dans le cas d’une rénovation énergétique de passoire thermique et à condition d’atteindre un certain gain énergétique, vous pouvez financer une partie de vos travaux grâce au forfait rénovation globale ou à MaPrimeRénov’ Sérénité (pour les ménages modestes).


Par ailleurs, sachez que différents bonus peuvent se cumuler si vous êtes éligible à MaPrimeRénov’ :

  • Le bonus “sortie de passoire” accordé lors d’une sortie des classes énergétiques F ou G (jusqu’à 1 500 €) ;
  • Le bonus “bâtiment basse consommation” disponible pour les logements atteignant la classe A ou B grâce aux travaux engagés (jusqu’à 1 500 €).
Picto Bon A Savoir
Bon à savoir

Les montants accordés dépendent des revenus de votre ménage, donc de votre niveau de ressources, et de la localisation du logement dont vous êtes propriétaire.

La prime énergie : une aide des fournisseurs d’énergie

Accessible à tous (propriétaire ou locataire), la prime CEE ou prime énergie est une aide issue du dispositif CEE (Certificats d’Économie d’Énergie). Le principe des CEE oblige les fournisseurs d’énergie (gaz, électricité…), une industrie jugée polluante, à encourager les particuliers à réaliser des travaux de rénovation énergétique. À ce titre, nombreux sont ceux qui proposent une prime énergie. Une prime “coup de pouce”, à savoir une aide bonifiée, peut vous être attribuée si la rénovation globale de votre passoire thermique vous permet de réaliser au moins 55 % d’économies d’énergie.

Picto Bon A Savoir
Bon à savoir

D’autres dispositifs pour financer les travaux d’efficacité énergétique d’une passoire énergétique

En plus des aides évoquées précédemment, vous pouvez également vous appuyer, sous certaines conditions, sur :

  • La TVA à taux réduit (5,5 %) appliquée directement sur la facture de l’entreprise RGE en charge des travaux ;
  • L’éco-prêt à taux zéro, sans intérêt, qui permet d’emprunter jusqu’à 50 000 € remboursables sur 20 ans. Les aides proposées par les collectivités locales.
Picto fleche

Pourquoi faut-il rénover votre logement énergivore ?

Pour résumer, les travaux d’efficacité énergétique permettant à votre logement d’obtenir un meilleur classement DPE, vous assurent :

  • Des économies d’énergie importantes et visibles rapidement sur votre facture énergétique ;
  • Plus de confort, en hiver comme en été ;
  • D’avoir un bien avec plus de valeur (on parle d’ailleurs de sa “valeur verte”) sur le marché de l’immobilier lorsque vous envisagez de le vendre ;
  • D’être en adéquation avec la réglementation et les prochaines mesures visant les propriétaires des logements considérés comme des passoires thermiques ;

Passoire thermique : comment faire sa rénovation énergétique ?

9 min de lecture

Sommaire

action-arrow